Confirmation à l’inter 2022 : encore un bug !!
 paru le mercredi 1er décembre 2021


Comme à son habitude, c’est dans la précipitation, sans concertation avec les représentants des personnels et sans réflexion approfondie que le ministère a décidé de modifier les modalités de mise à disposition des confirmations de participation à l’inter. Au lieu de les envoyer aux établissements qui les auraient mis à disposition dans le casier des participants, comme cela se pratiquait avant la crise sanitaire, le ministère a fait le choix de les mettre à disposition des participants en téléchargement sur I-Prof.
Un message de non participation
Dans certaines académies, les participants qui se sont connectés le 1er décembre, date indiquée par l’administration, pour télécharger leur confirmation ont eu la très désagréable surprise d’être destinataires du message suivant : « Aucune demande de confirmation n’existe en base de données » !
Les SNES intervient auprès du ministère.

La bivalence, c’est non !

paru le samedi 23 octobre 2021

Une réunion en distanciel a été organisée le 7 octobre par la DAFOP, en lien avec la DIRH et les corps d’inspection, à destination des TZR de mathématiques non affectés à l’année. Durant cette réunion, des propos étonnants de la part des IPR ont été entendus puis rapportés par les collègues qui ont participé à cette réunion : il a été notamment question de bonification de points pour les TZR de mathématiques qui accepteraient d’enseigner en physique-chimie.
Les projets du rectorat
Le SNES-FSU s’est adressé au (...)

Lire la suite

Le ministre Blanquer a beau tenir des discours qui se veulent rassurants, les faits sont têtus : suppressions massives de postes entraînant des effectifs de classes surchargés, lycées désorganisés (groupes classes éclatés), baccalauréat dénaturé et complexifié, CIO affaiblis, AED et AESH trop peu nombreux pour répondre aux besoins d’encadrement et d’accompagnement… Sans compter une rentrée sous le signe du Covid, pas du tout anticipée par le ministère !
Le SNES-FSU, syndicat majoritaire du second degré, (...)