SNES-FSU 21
6, allée C. de Givry
21000 Dijon
03 80 73 64 00

Accueil > Côte-d’Or > Actualités SNES 21 | FSU Côte-d’Or > Tous et toutes en grève le 13 janvier : Stop au mépris !

Face au raz-de-marée de la 5ème vague, le gouvernement et le ministre de l’Éducation nationale font preuve d’une négligence irresponsable. Les mesures prises sont insuffisantes. Le SNES-FSU appelle tous les collègues à participer massivement à la grève intersyndicale du jeudi 13 janvier 2022 pour faire face à la crise sanitaire, respecter les personnels, donner à l’École les moyens de fonctionner, et pour le report des épreuves du baccalauréat de mars à juin.

Des collèges et des lycées au bord de la rupture

Quelques jours après la rentrée, les collèges et les lycées sont déjà au bord de la rupture : vies scolaires submergées par la gestion des absences et des cas contacts, professeur·es non remplacé·es, demi-pension en mode dégradé, absence de capteurs de CO², impossibilité d’aérer correctement les salles… Tout illustre le refus de ce gouvernement d’investir pour sécuriser les personnels et élèves des collèges et les lycées.
Dans certains établissements scolaires, des autotests périmés sont distribués ! Après 20 mois d’épidémie, le gouvernement commence tout juste à comprendre l’intérêt des masques chirurgicaux pour l’Éducation nationale (qu’en sera-t-il de la promesse de Jean Castex d’en fournir à tous et toutes d’ici la fin du mois ??). Les établissements scolaires ne sont toujours pas équipés correctement pour répondre au défi pourtant crucial de l’aération. Des moyens ont même été retirés à l’École, à l’image des 7490 suppressions d’emplois depuis 2018 qui ont encore réduit les capacités de remplacement déjà insuffisantes. Comment croire à une quelconque considération pour notre système éducatif quand rien n’a été fait pour l’adapter à la crise sanitaire en 20 mois ?

Bac en mars : mission impossible

Actuellement, de nombreux élèves et professeurs sont mis à l’isolement, les classes se vident puis se remplissent puis se vident à nouveau, au gré des découvertes de cas de Covid. L’heure est donc à la discontinuité pédagogique qui fragilise encore davantage les apprentissages. Dans ces conditions, comment croire qu’il est possible de préparer sereinement les épreuves de baccalauréat qui sont prévues dans 7 semaines, mi mars ? Les inégalités de préparation devant l’examen sont de plus en plus flagrantes !

Stop au mépris !

L’attitude de Jean-Michel Blanquer est insupportable : depuis le début de l’épidémie, elle est guidée par des impératifs de communication politique plutôt que par le souci d’une communication respectueuse des personnels. A de très nombreuses reprises, les personnels ont appris encore par la presse comment serait organisé leur quotidien professionnel.
Depuis 20 mois, les personnels tiennent le service public d’éducation à bout de bras, souvent seuls, au milieu des ordres et contre ordre ministériels, quand ce n’est pas du mépris qui s’exprime à l’image de l’emploi ministériel du mot « absentéiste » à l’encontre des professeurs malades.

TROP, C’EST TROP ! Il est temps de faire entendre au ministre que nos collèges et nos lycées ne peuvent fonctionner ainsi, entre protocole fantôme et mépris.


Face à l’incurie de Jean-Michel Blanquer, le SNES-FSU appelle à la grève le JEUDI 13 JANVIER 2022

Appel intersyndical national à la grève du 13 janvier